Webmail Annuaire Contact
Formations Doctorales

GÉNÉRALITÉS SUR LES ÉTUDES MÉDICALES

Les études médicales pré-doctorales:
Les études médicales sont organisées selon le système européen de crédits transférables ECTS adopté à la conférence de Bologne ; et se répartissent sur trois cursus aboutissant au diplôme de Docteur en médecine. Un enseignement complémentaire post-doctoral assure une formation dans les différentes spécialités médicales, formation conforme aux dispositions de la loi libanaise et sanctionnée par un diplôme de spécialité délivré par la Faculté.

Le premier cursus des études médicales est celui de la Licence. Un diplôme de Licence en Sciences Médicales sera délivré aux étudiants qui auront validé les 180 crédits exigés.


Les études médicales sont divisées en trois niveaux :

- Niveau Licence, correspondant habituellement à six semestres, auxquels s’inscrit l’étudiant au rythme de 15 à 30 crédits par semestre.
- Niveau Master, correspondant habituellement à quatre semestres, au rythme de 30 crédits par semestre.
- Niveau Doctorat, composé de deux années d’internat (dans des services hospitaliers), couplées à des enseignements théoriques et à la préparation d’une thèse de recherche.

Les études post-doctorales
Un enseignement post-doctoral est organisé par le CEPD (comité de l’enseignement post-doctoral). Cet enseignement assure une formation dans les différentes spécialités médicales, laquelle est conforme aux dispositifs de la loi libanaise et sanctionnée par un diplôme délivré par la Faculté.

Les étudiants accèdent à cet enseignement par voie de concours qui prend en compte l’ensemble des notes des études pré-doctorales de médecine, l’épreuve organisée aux environs de juin de chaque année, et les évaluations de stage.

CURSUS « LICENCE EN SCIENCES MÉDICALES »

Règlement intérieur
Le règlement intérieur du cursus « Licence en Sciences Médicales » est conforme au règlement des études à l’USJ. Les modifications du règlement propres au cursus « Licences » sont présentées en gris et en italiques.

Titre Premier : Étudier à l’USJ

Article 1. Étudiants
a) La qualité d’étudiant de l’Université Saint-Joseph s’acquiert par l’inscription à l’une de ses institutions.
b) On s’inscrit par semestre.
c) On peut s’inscrire à une ou plusieurs institutions.

Article 2. Cursus d’études
a) Les études sont organisées en cycles cohérents d’enseignements appelés cursus.
b) La plupart des cursus sont sanctionnés par un diplôme ; d’autres par une simple attestation.
c) Une même institution peut offrir de nombreux cursus ; certains sont communs à plusieurs institutions.
d) Les principaux cursus sont la licence, le master, le doctorat. Ils ont une durée minimale, fixée par l’ECTS : trois ans pour la licence, deux ans pour le master, trois ans pour le doctorat ; et une durée maximale, fixée par l’Université pour préserver la continuité du cursus : six ans pour la licence, quatre ans pour le master, six ans pour le doctorat.

Le cursus de la Licence assure une formation universitaire dans les sciences fondamentales utiles aux études médicales ainsi qu’une formation de base dans les disciplines qui décrivent l’Être humain normal et qui introduisent la physiopathologie de l’être humain malade. Ce cursus repose sur le trépied :
- Disciplines fondamentales
- Etre humain normal
- Physiopathologie des maladies de l’être humain.

Article 3. Matière
a) Les cursus sont composés d’unités d’enseignement appelées matières.
b) Dans chaque cursus, au moins 70% des matières sont obligatoires.
D’autres sont choisies par l’étudiant :

- soit sur une liste établie par l’institution pour ce cursus ; on les appelle optionnelles fermées ;
- soit (au plus 5%) parmi des matières proposées par d’autres institutions ; on les appelle optionnelles ouvertes ou optionnelles de culture générale.

c) Un système de matières pré-requises permet de garder la cohérence des cursus : un étudiant ne peut s’inscrire à une matière sans avoir suivi telle ou telle autre avec une présence suffisante (cf. art. 10 a).

Le cursus de la Licence en sciences médicales exige que l’étudiant capitalise un total de 180 crédits dont 75% (135 crédits) sont disciplinaires obligatoires, 5% (9 crédits) sont obligatoires et de culture générale, et 20% (36 crédits) sont
optionnels. Les crédits optionnels doivent être choisis sur la liste des matières optionnelles proposées par la Faculté de médecine (24 crédits d’optionnelles fermées) et par d’autres facultés et instituts de l’USJ (12 crédits d’optionnelles
ouvertes).
Chaque matière représente une unité indépendante, qu’elle soit disciplinaire ou optionnelle, que l’étudiant doit valider au cours du semestre. Un système de matières pré-requises permet de garder la cohérence des cursus : à la
Faculté de médecine dans certains cas, un étudiant ne peut s’inscrire à une matière sans avoir validé la matière pré-requise


Article 4. Acquisition des connaissances

a) Dans chaque matière, l’étudiant acquiert des connaissances en suivant des cours présentiels ou en fournissant un travail personnel contrôlé : Le travail personnel contrôlé (TPC) peut prendre des formes diverses selon les disciplines : rédaction d’une note de lecture ou d’une note de recherche, préparation d’un exposé, participation à une séance de
travaux dirigés ou de travaux pratiques, apprentissage clinique en centre de soins, stage d’observation ou d’application…
b) La proportion cours / travail personnel contrôlé dépend de la matière ; elle est souvent de 70% - 30%
c) S’ils sont nombreux, les étudiants suivant une même matière sont divisés en plusieurs groupes.

Article 5. Module
a) Dans un cursus, certaines matières peuvent être groupées en modules:

- pour permettre une compensation entre matières.
- pour renforcer la cohérence du cursus.

Ce groupement est possible dans les institutions où la composition des cursus est stable.
b) Un module peut être obligatoire. Un module obligatoire peut lui-même comporter des matières optionnelles fermées.

À la Faculté de médecine, chaque matière représente une unité indépendante, qu’elle soit disciplinaire ou optionnelle, que l’étudiant doit valider au cours du semestre.

Article 6. Crédit
a) Les crédits sont les unités de validation des études :
- À chaque cursus est affecté un certain nombre de crédits nécessaires à l’obtention du diplôme ou de l’attestation.
Ainsi pour la licence, il faut 180 crédits ; pour le master, 120 crédits ; pour le doctorat, 180 crédits.
- À chaque matière est affecté un certain nombre de crédits, généralement compris entre 2 et 4. Si au terme de l’enseignement de la matière l’étudiant vérifie les critères fixés par l’institution, un jury valide les crédits.
b) Chaque crédit couvre environ dix heures de cours ou de travail personnel contrôlé de l’étudiant. Mais ce n’est pas impératif ; par exemple un crédit de stage couvre une trentaine d’heures de stage.
c) Les crédits sont capitalisables : une fois validés, ils sont définitivement acquis, et ils s’accumulent jusqu’au nombre fixé pour le cursus.
d) Les crédits sont transférables entre universités ayant adopté l’ECTS : après une convention signée au cas par cas, les crédits acquis dans l’une sont validés dans l’autre.

Tableau récapitulatif des crédits et des délais :

Diplôme Nombre de crédits Nombre de semestres
Licence 180 6
Master 120 4
Doctorat

180

6

Article 7. Tutorat
Un enseignant appelé tuteur accompagne l’étudiant dans le choix de ses matières, l’organisation de son travail personnel, sa progression dans les études.

Article 8. Langues
a) Langues d’enseignement :
- Les deux langues d’enseignement sont le français et l’arabe. Toutefois, certains cours sont dispensés en anglais.
b) Conditions de langue française Préalablement à une première inscription à tout cursus initial, l’étudiant doit avoir obtenu le niveau « A » au test d’aptitude en langue française. Cependant les étudiants ayant accompli au moins la dernière année de leurs études secondaires au dehors du Liban sont autorisés à s’inscrire à un cursus initial même s’ils n’ont pas obtenu le niveau « A » à une double condition :

- suivre ensuite des cours de mise à niveau dispensés par le Centre d’études des langues vivantes (CEL) de l’Université Saint-Joseph ;
- obtenir le niveau « A » avant les examens de leur deuxième semestre.
Les institutions peuvent, dans leurs dispositions propres du Règlement intérieur, étendre l’exigence du niveau « A » à toute première inscription aux cursus supérieurs de master ou de doctorat.

c) Conditions de langue arabe
En cursus de licence, l’étudiant doit obtenir au moins quatre crédits dans des matières enseignées en langue arabe.
En cursus de master, l’étudiant doit obtenir au moins deux crédits dans des matières enseignées en langue arabe.
Des dispenses de langue arabe peuvent être accordées par la commission des équivalences de l’USJ.
d) Conditions de langue anglaise
Préalablement à la délivrance de tout diplôme de premier cycle, l’étudiant doit avoir passé le test de langue anglaise de l’Université de Georgetown.

Article 9. Organisation du temps
a) L’année académique s’étend du 1er septembre au 31 août. Elle comporte deux semestres de 14 semaines chacun.
Le calendrier de l’année (vacances, jours fériés, examens) est fixé chaque année par le Conseil de l’Université.
b) Certaines institutions organisent en juillet - août un trimestre d’été pour des stages, et pour des matières enseignées en sept semaines, qui sont soit des matières répétées de manière adaptée à l’intention des étudiants y ayant échoué, soit des matières enseignées de manière intensive pour permettre à certains étudiants d’avancer dans le cursus, en respectant la règle des 76 crédits par an (cf. art. 13).
c) Chaque matière est enseignée à l’intérieur d’un semestre.
d) Les cours sont donnés par périodes d’une heure et demi, commençant à 8h, 10h, 13h, 15h, 17h, 18h45.

À la Faculté de médecine et au niveau du cursus licence, les études sont organisées en semestres indépendants, chacun d’une durée de 14 semaines effectives d’enseignement, suivies de deux semaines d’examens Des examens partiels peuvent être administrés au cours du semestre selon les besoins de l’évaluation des matières. Un semestre d’été n’est pas prévu de manière systématique. Certaines matières pourraient être assurées après décision exceptionnelle du jury de délibération principalement en fonction des besoins des étudiants qui terminent leur troisième année de licence et qui n’ont pas validé 180 crédits et de la présence de matières avec un taux d’échec supérieur à 30 %.

Article 10. Présence obligatoire
a) Pour passer l’examen final d’une matière (et celui de rattrapage) l’étudiant doit avoir assisté à au moins 70% des cours présentiels.
b) En outre, la présence aux cours est obligatoire et elle est contrôlée. Toute absence doit être justifiée par un rapport médical ou une excuse écrite jugée valable par l’administration.
c) Toutefois, pour les matières optionnelles, les absences aux cours des deux premières semaines du semestre ne sont pas relevées.

Article 11. Absence prolongée

Pour une absence prolongée, l’étudiant doit demander une autorisation.
Suivant la durée et la période sur laquelle s’étend l’absence de l’étudiant, le conseil de l’institution peut soit l’autoriser à poursuivre son semestre, soit lui demander de le reprendre. Dans ce dernier cas, la durée maximale du cursus est alors prolongée d’un semestre.
Pour une absence prolongée sans autorisation, l’étudiant est considéré comme démissionnaire et ne peut se prévaloir d’aucun droit à sa réintégration.

La Faculté de médecine a adopté sa propre procédure de prise en charge des absences dues à des arrêts-maladies et ou à une circonstance de force majeure.

Titre Deuxième : Inscriptions et admission

Article 12. Demandes d’inscription
Les demandes d’inscription doivent être présentées au secrétariat de chaque institution dans les délais fixés par l’Université, selon les conditions d’admission fixées par l’institution. Dans chaque institution, l’inscription n’est
définitive qu’après l’accord du responsable académique.
L’admission au Cursus de Licence en Sciences Médicales se fait par voie de A cet effet, deux concours sont annuellement organisés par la Faculté de médecine, le premier au mois de février et le second au mois de juillet.
Les modalités d’admission sont présentées dans la brochure « Dossier d’admission », établie annuellement à cet effet.

Article 13. Régime régulier

a) Dans un cursus, l’étudiant peut avancer à son rythme, en s’inscrivant à des matières pour un nombre de crédits inférieur à 76 par année académique (pour favoriser le respect de la durée maximale des cursus-cf. article 2).
b) À l’intention des organismes assurant une aide financière, l’institution délivre des attestations d’inscription en tant qu’étudiant régulier à temps plein pour une inscription à 26 crédits au moins pour le semestre en cours.

Le cursus de la Licence en Sciences Médicales a normalement une durée de 6 semestres réguliers, mais l’étudiant est autorisé à adapter le cursus à son rythme personnel, à condition de ne pas excéder une durée totale de 12 semestres
réguliers (six années académiques). L’étudiant s’inscrit normalement à 30 crédits par semestre. Mais il peut être autorisé à dépasser ce seuil jusqu’à une limite semestrielle de 35 crédits, et une limite annuelle de 75 crédits.

Article 14. Inscription à plusieurs cours

a) Un étudiant peut s’inscrire à plusieurs cursus. Chaque inscription est subordonnée à l’accord du responsable académique de l’institution, et la limite totale de 76 crédits par an et par cursus doit être respectée.
b) Un étudiant s’inscrivant dans un cycle ne peut s’inscrire à des matières d’un cycle supérieur dans la même discipline.
Cependant, lorsqu’il manque moins de six crédits pour achever son cursus, une « inscription par anticipation » en cycle supérieur peut dans les deux semestres qui suivent être autorisée par le conseil de l’institution du cycle supérieur.
Les crédits des matières où l’étudiant s’est inscrit par anticipation ne peuvent être validés que si l’étudiant achève le cursus inférieur durant ces mêmes semestres. Ils sont validés après cet achèvement et la durée minimale du cursus supérieur commence alors à courir.
c) En règle générale, une même matière ne peut être validée dans plusieurs cursus pour un même étudiant.
Toutefois le Conseil de l’Université peut décider que certaines matières validées dans un Diplôme universitaire (DU) soient aussi validées dans un master.

À la Faculté de médecine, l’inscription par anticipation n’est pas systématique. L’étudiant auquel il manque moins de 10 crédits pour valider sa licence peut demander, par courrier adressé au directeur du cursus licence, et de manière exceptionnelle, le droit de s’inscrire par anticipation au cursus Master en Sciences Médicales. Cette inscription ne pourra se faire qu’après l’accord du jury de délibération nommé par le doyen.

Article 15. Inscription en cours de cursus
a) Pour qu’un étudiant venant d’une autre université ou d’un autre cursus de l’USJ s’inscrive en cours d’un cursus, il revient au responsable concerné de présenter le dossier de l’étudiant à la commission d’équivalence de l’Université Saint-Joseph.
b) Si la commission accepte sa candidature, elle fixe alors le nombre de crédits déjà validés dans le cursus ; le nombre de crédits obtenus par équivalence ne peut dépasser 50% des crédits du cursus
c) S’il vient de l’USJ, l’accord de son ancien responsable est aussi requis.

L’admission, en cours du cursus, à la Faculté de médecine est conditionnelle de la réussite au concours d’admission au Cursus Licence en Sciences Médicales.

Article 16. Inscription « hors cursus »
Un étudiant souhaitant se cultiver peut s’inscrire « hors cursus » à une ou plusieurs matières. L’inscription dans une matière peut être refusée par le responsable pédagogique s’il pense que l’étudiant n’a pas les connaissances
requises, ou s’il estime que le nombre maximal d’étudiants a été atteint.
L’étudiant est soumis au contrôle des connaissances et reçoit un relevé de ses notes.

Article 17. Auditeurs libres

Une personne souhaitant se cultiver, même non titulaire du baccalauréat, peut s’inscrire en auditeur libre à une ou plusieurs matières. L’inscription dans une matière peut être refusée par le responsable pédagogique s’il pense que
la personne n’a pas les connaissances requises, ou s’il estime que le nombre maximal d’étudiants a été atteint.
L’auditeur libre n’est pas un étudiant régulier de l’USJ. Il ne reçoit pas d’attestation d’inscription, ni de carte d’étudiant. Il n’est pas soumis au contrôle des connaissances et peut seulement recevoir une attestation d’assiduité.

Article 18. Modification d’inscription

Les inscriptions sont prises avant le début des cours. Cependant les étudiants bénéficient d’une semaine au début de chaque semestre pour modifier leur inscription. Cette modification doit être approuvée par la direction de l’institution.

À la Faculté de médecine, l’inscription aux matières d’enseignement est effectuée durant les deux semaines qui précèdent le début du semestre. L’étudiant est autorisé à modifier son choix en se retirant de certaines matières (un maximum
de deux) au cours d’une période de grâce, normalement d’une semaine. Passé ce délai, toutes les inscriptions deviennent définitives.

Article 19. Documents requis à la première inscription
a) À la première inscription, l’étudiant remet au secrétariat de l’institution :

- deux photos passeport,
- un extrait d’état civil individuel récent ou une photocopie (en présentant l’original) de la carte nationale d’identité, ou du passeport pour les étrangers,
- une photocopie du baccalauréat libanais ou de son équivalent, certifiée par le ministère de l’Éducation nationale,
- une photocopie de la carte de la caisse nationale de sécurité sociale (CNSS) pour les étudiants déjà inscrits à la CNSS,
- un relevé de notes certifié des trois dernières années scolaires,
- une photocopie certifiée des études supérieures déjà validées et des diplômes universitaires déjà obtenus, ainsi que de leur éventuelle équivalence accordée par l’Etat libanais,
- l e matricule d’inscription au test d’aptitude en langue française, s’il s’agit d’une inscription dans un cursus de premier cycle.

b) La pièce d’identité présentée par l’étudiant lors de sa première inscription fixe définitivement les renseignements d’état civil qui figureront sur les diplômes et attestations délivrés par l’Université.

- l’orthographe de son nom, de son prénom et du prénom de son père,
- la date et le lieu de sa naissance,
- sa nationalité.
Si un étudiant ou un diplômé obtient une rectification de son état civil, il lui appartient de joindre à ses diplômes un certificat de changement délivré par les autorités civiles compétentes ; mais diplômes et archives universitaires ne sont pas modifiés.

c) La transcription dans une autre langue de son nom, de son prénom et du prénom de son père donnée par l’étudiant lors de sa première inscription est définitive.
d) Les étudiantes, même déjà mariées, sont inscrites sous leur nom de jeune fille. C’est ce nom qui figurera sur leurs diplômes.

Article 20. Droits d’inscription

a) Les droits d’inscription dépendent du cursus. Ils sont fixés par crédit au début de chaque année par le Conseil de l’Université et sont réglés en deux versements par semestre à l’aide de souches à payer à la banque dans des délais déterminés. Le premier versement d’un semestre est forfaitaire, avec ajustement au deuxième versement. Un acompte est parfois demandé avant la première inscription. En cas de démission, lepremier versement ou l’acompte n’est pas remboursé. En cas de retard de paiement, une nouvelle souche est émise, avec une majoration de 5% au bénéfice du Service Social de l’Université.
b) Il n’est pas délivré de certificat d’inscription avant le premier versement.
Nul étudiant n’est autorisé à se réinscrire à un nouveau semestre s’il n’a pas acquitté les droits d’inscription du semestre précédent.
c) Les droits d’inscription sont nets : aucun supplément n’est demandé pour les études (carte d’étudiant, cours polycopiés, remise du diplôme, etc.).
Même les cours de mise à niveau en anglais sont gratuits, car ils ne font pas partie des cursus : seul est payant le cours d’anglais spécialisé, qui est une matière à crédits.
d) Une caution est demandée dans certaines institutions pour l’usage d’un centre informatique ou les prêts en bibliothèque. Cette caution est restituée en fin du cours.
e) Sont payantes les dépenses personnelles : photocopies personnelles, attestations à partir de la quatrième, utilisation facultative des installations sportives, etc.

Article 21. Couverture sociale


a) Protection obligatoire : Tout étudiant libanais dont l’âge est égal ou inférieur à 30 ans est inscrit à un régime obligatoire de protection sociale qui couvre ses soins médicaux et ses frais d’hospitalisation. Selon sa situation familiale, il peut bénéficier de la couverture de ses parents ou de celle du régime étudiant de la Caisse nationale de sécurité sociale –
auquel cas il doit payer une cotisation annuelle.
Les renseignements détaillés sur cette protection obligatoire sont fournis à l’inscription.
b) Assurance universitaire : Tout étudiant bénéficie de la police d’assurance « Étudiants » souscrite par l’Université, qui le couvre 24 heures sur 24 à l’exception des jours non ouvrables précisés dans le calendrier des congés. Elle le couvre aussi à l’occasion d’activités organisées par son institution, même si elles ont lieu durant les jours non ouvrables. Les
risques couverts sont les suivants :

- le décès accidentel,
- l’invalidité totale permanente ou partielle suite à un accident,
- les frais médicaux suite à un accident.

c) Assurance privée : Les étudiants qui ne bénéficient pas de la Caisse nationale de sécurité sociale sont invités à souscrire à une police d’assurance privée couvrant au moins leur hospitalisation, et s’ils sont étrangers leur rapatriement.
d) Assurance professionnelle : Dans les institutions où les étudiants ont des stages de soins, une assurance de responsabilité civile professionnelle est aussi souscrite.

Article 22. Aide financière

L’Université accorde des aides financières multiples, dans des conditions approuvées par le Conseil de l’Université.
a) Le Service social assure des échelonnements des versements, des prêts sans intérêt remboursables après la fin des études ou même des bourses.
Une demande doit être présentée à l’assistante sociale du campus de l’institution dans les délais fixés au début de chaque semestre par le service social.
b) Des bourses d’excellence sont attribuées aux bacheliers premiers de série. Elles couvrent les droits d’inscription au premier cursus de leurs études.
c) Le Conseil de chaque institution attribue chaque année des bourses de mérite aux étudiants les plus brillants.
d) Des bourses d’études sont accordées à des étudiants étrangers ayant commencé leurs études universitaires à l’étranger de manière à pouvoir, soit valider entre 30% et 50% des crédits d’un cursus de premier cycle, soit postuler pour une inscription en cycle supérieur. Elles couvrent tout ou partie des droits d’inscription et des frais de subsistance.

Article 23. Réduction familiale

L’Université accorde des réductions pour les familles : 10% pour le deuxième enfant, 20% pour chacun des autres enfants. Les enfants (le premier et les suivants) doivent être le même semestre inscrits chacun à 20 crédits au moins dans un cursus diplômant. Les pourcentages de réduction sont partagés entre eux. La réduction porte sur le prix des crédits et non sur les annexes éventuelles.

Titre Troisième : Évaluation

Article 24. Evaluation
Les étudiants doivent se soumettre à l’évaluation de chacune des matières auxquelles ils sont inscrits, mais les auditeurs libres ne peuvent se soumettre à cette évaluation.

Article 25. Modalités de l’évaluation
L’évaluation d’un étudiant peut se baser sur des éléments variés :
- les travaux effectués dans le cadre du TPC (travaux de groupe, travaux dirigés, travaux pratiques, exposés, notes de lecture, etc.)
- un contrôle continu des connaissances
- les appréciations recueillies en fin de stage
- un examen de fin de semestre
- la soutenance d’un mémoire ou d’une thèse

Le règlement de chaque institution précise pour chaque matière les éléments évalués et leur pondération dans la note finale de la matière. Ces données ne peuvent être changées en cours d’année universitaire.

À la Faculté de médecine, l’évaluation de l’étudiant se fait par des épreuves finales. Dans certains cas des épreuves partielles suivies d’une épreuve finale peuvent être appliquées. Enfin, dans une certaine proportion, l’évaluation
se fera sous forme de travaux personnels contrôlés (TPC). Pour l’ensemble de ces évaluations, un examen est prévu à la fin de chaque demi semestre ou semestre.


Article 26. Calendrier des évaluations.
a) Les éléments d’évaluation sont programmés à l’avance et font l’objet d’un calendrier communiqué aux étudiants par voie d’affichage au moins quinze jours avant la date prévue.
b) Tout changement dans ce calendrier doit être notifié aux étudiants au moins une semaine à l’avance.
c) Seuls les responsables de l’institution ont à fixer ce calendrier des évaluations ; aucune entente ne peut se faire directement entre enseignants et étudiants quant aux modifications de tous types.

Article 27. Absence et évaluation
Tout étudiant absent à un élément d’évaluation doit justifier son absence en présentant par écrit un motif valable dans les trois jours ouvrables. Le règlement particulier de l’institution précise la façon dont cette absence est compensée, selon le type d’élément d’évaluation.

Un étudiant qui s’absente ou va s’absenter à une épreuve d’évaluation doit justifier son absence par un document présenté au directeur du cursus « licence » durant la période s’étalant de 24 heures ouvrables avant la date de l’évaluation
à un maximum de 48 heures ouvrables après l’heure de début de l’examen. Il revient au directeur du cursus de décider de manière irrévocable si l’absence est justifiée ou non.
NB : Un rapport médical doit obligatoirement émaner d’un médecin du Centre de Santé Communautaire de l’USJ ou d’un médecin de l’Hôtel-Dieu de France En cas d’absence justifiée à une épreuve du cursus « licence », l’inscription de
l’étudiant à cette matière reste « ouverte ». Il doit pour la valider, présenter les épreuves de cette matière, obligatoirement la première fois où elle est à nouveau proposée. En cas d’absence injustifiée, l’étudiant obtient 0.00/100 à son examen et doit pour valider cette matière s’y inscrire à nouveau.


Article 28. Présentation de la note finale
La note finale peut être présentée sur 20 ou sur 100, selon l’institution ; elle est aussi exprimée en notation ECTS, visant à rendre homogènes les notations :

Note Énoncé Signification
A excellent Résultat remarquable, avec seulement quelques insuffisances mineures
B très bien Résultat supérieur à la moyenne, malgré un certain nombre d’insuffisances
C bien Travail généralement bon, malgré un certain nombre d’insuffisances notables
D satisfaisant Travail honnête, mais comportant des lacunes importantes
E passable Le résultat satisfait aux critères minimaux
FX insuffisant Un travail supplémentaire est nécessaire pour l’octroi de crédits
F très insuffisant Un travail supplémentaire considérable est nécessaire

Si le nombre d’étudiants ayant suivi la matière est supérieur à vingt, les proportions suivantes seront respectées (basée sur les effectifs, cette notation est alors en fait un classement déguisé) :

A : les 10% premiers parmi ceux qui ont réussi ;
B : les 25% suivants ;
C : les 30% suivants ;
D : les 25% suivants ;
E : les derniers 10%

Si le nombre est inférieur à dix-neuf, on divise l’écart entre la meilleure note et la moyenne requise (cf. art. 29) en cinq zones à proportion des pourcentages précédents (A : 10%, B : 25%, etc.). L’étudiant reçoit la note de la zone à
laquelle appartient sa note.

Les notes attribuées aux étudiants au terme des épreuves d’une matière sont affichées selon un système de notation numérique sur un total de 100. La moyenne requise pour réussir et valider une matière est de 60,00 / 100.
Si le taux d’échec à un examen dépasse 15%, une procédure de réévaluation de l’examen et de l’enseignement est enclenchée.


Article 29. Compensations
À l’intérieur d’un semestre ou d’un module, des compensations peuvent être prévues entre les matières dans le règlement particulier de l’institution. En cas de compensation, voici les règles appliquées dans les institutions n’ayant pas défini de modules :
a) L’institution définit pour chaque cursus une moyenne requise et pour chaque matière un seuil de compensation.
Dans certaines matières, comme les stages, le seuil de compensation de la matière est supérieur à la moyenne requise du cours.
b) Une compensation entre les matières est faite à la fin de chaque semestre
c) La compensation principale porte sur toutes les matières obligatoires et optionnelles fermées du cursus dans lequel l’étudiant est inscrit.
La moyenne des notes finales dans ces matières est calculée avec pondération par les nombres de crédits.
- Si la moyenne requise est atteinte et si toutes les notes sont supérieures au seuil de compensation, toutes les matières sont validées.
- Si la moyenne requise est atteinte mais si certaines notes sont inférieures au seuil de compensation, toutes les matières à note supérieure au seuil de compensation sont validées ; pour réussir dans les autres matières, l’étudiant doit passer un examen de rattrapage.
- Si la moyenne requise n’est pas atteinte, seules sont validées les matières où les notes sont supérieures à la moyenne requise et au seuil de compensation ; pour réussir dans les autres matières, l’étudiant doit passer un examen de rattrapage.
d) En outre, les matières optionnelles ouvertes dont la note est supérieure au seuil de compensation sont validées si la moyenne requise, calculée pour l’ensemble des notes du semestre, est atteinte.
e) La note ECTS d’une matière validée par compensation est E.

Il n’existe aucun système de compensation entre les matières.


Article 30. Jurys
a) Le responsable de l’institution convoque et préside les jurys, composés des membres du corps enseignant qui ont assuré l’enseignement des matières pendant le semestre (jury semestriel) ou le cursus (jury de diplôme) ainsi que de toute personne dont la présence est jugée utile.
Aucun quorum n’est exigé.
b) Un jury semestriel arrête les résultats et valide les crédits à la fin de chaque semestre. Le jury peut valider des crédits de matières enseignées dans un semestre précédent, selon les règles de compensation des modules.
c) Un étudiant inscrit deux fois sans succès à une matière obligatoire d’un cursus ne peut plus s’inscrire à de nouvelles matières de ce cursus sans l’accord du conseil de l’institution.
d) Un jury de diplôme dresse la liste des étudiants ayant accumulé le nombre suffisant de crédits pour obtenir le diplôme.
e) Les décisions d’un jury sont sans appel. Personne n’a le droit de réviser les notes arrêtées par un jury, sauf dans le cas d’erreur matérielle relevant de l’article 36 du présent règlement.

L’étudiant est évalué semestriellement par un jury nommé par le Doyen et composé entre autres par les présidents des comités du programme et de l’évaluation et par le directeur du cursus « licence ».
Pour autoriser l’étudiant à valider la « Licence en Sciences Médicales », il doit capitaliser 180 crédits ECTS et obtenir une moyenne cumulative (de toutes les matières déjà suivies dans le cursus) égale ou supérieure à 60/100. Chaque
matière a un coefficient de pondération égal au nombre de crédits qui lui est attribué.
Pour autoriser l’étudiant à s’inscrire au cursus « Master en Sciences Médicales », il doit obtenir une moyenne cumulative de toutes les matières suivies dans le cursus licence égale ou supérieure à 70 / 100.
Au terme de chacun des semestres de la licence, la moyenne cumulative (de toutes les matières déjà suivies dans le cursus) de chaque étudiant est calculée et peut aboutir à trois situations :

- Si la moyenne cumulative d’un étudiant est supérieure ou égale à 70.00/100, il poursuit ses études en licence avec la possibilité de s’inscrire au cursus « master en sciences médicales » une fois le cursus « licence en sciences médicales » validé.
- Si la moyenne cumulative d’un étudiant est strictement inférieure à 70.00/100 mais supérieure ou égale à 60.00/100, il poursuit ses études en « licence en sciences médicales mais il est en situation de probation pour le passage en master. L’étudiant qui est en probation pour le passage en master pendant quatre semestres consécutifs poursuit, s’il le souhaite,
ses études en « licence en sciences médicales » mais n’est plus autorisé à s’inscrire au cursus « master en sciences médicales ».
- Si la moyenne cumulative d’un étudiant est strictement inférieure à 60.00/100, il est en situation de probation dans le cursus « licence en sciences médicale ». L’étudiant qui est en situation de probation dans le cursus « licence en sciences médicale pendant quatre semestres consécutifs est exclu et ne peut plus poursuivre ses études en « licence en sciences
médicales ».
- Si un étudiant s’inscrit deux ou plusieurs fois à une même matière, la note de cette matière affichée dans son relevé de notes sera la dernière. Mais, pour
le calcul de la moyenne cumulative et pour les besoins de classement, la moyenne des différentes notes numériques obtenues sur cette matière sera la valeur utilisée.

Un étudiant est exclu définitivement du cursus :

- s’il reste en situation de « probation licence » quatre semestres successifs,
- s’il échoue à capitaliser 60 crédits au moins après quatre semestres d’inscription,
- s’il échoue à capitaliser 75 crédits au moins après cinq semestres d’inscription,
- s’il échoue à capitaliser 90 crédits au moins après six semestres d’inscription,
- s’il échoue à capitaliser la moitié du nombre de crédits calculé par la formule n = 30 x nombre de semestres, malgré la prolongation de son inscription au-delà de six semestres.

La licence en « Sciences Médicales » pourrait être homologuée à d’autres licences (système d’équivalence) afin d’autoriser l’inscription à d’autres masters, à l’USJ ou dans d’autres universités.
Un étudiant inscrit dans le cursus de Licence est autorisé à choisir ses matières optionnelles fermées de manière à capitaliser 20 crédits au moins dans une des orientations mineures suivantes :

- Biologie et Chimie appliquée à la santé
- Physique, Mathématiques et Informatique appliquées à la santé
- Sciences humaines appliquées à la santé. Il s’agit d’une formation complémentaire qui sera sanctionnée par une attestation qui mentionnera cette orientation mineure à l’obtention de la Licence.

À la fin des études en Cursus Licence en Sciences Médicales, deux classements sont publiés par la Faculté de médecine :
1- Classement sur la base de la moyenne cumulative des 180 crédits capitalisés au cours des études.
2- Classement sur la base de la moyenne cumulative des 144 crédits des matières obligatoires requises dans le programme du cursus.
Ces deux classements serviront ultérieurement aux admissions dans les différents masters qui seront proposés.
Par ailleurs, la Licence est validée :

- avec la Mention Excellent si les candidats ont obtenu une moyenne cumulative égale ou supérieure à 90 / 100
- avec la Mention Très Bien si les candidats ont obtenu une moyenne cumulative égale ou supérieure à 80 / 100
- avec la Mention Bien si les candidats ont obtenu une moyenne cumulative égale ou supérieure à 70 / 100
- avec la Mention Assez Bien si les candidats ont obtenu une moyenne cumulative égale ou supérieure à 60 /100

Article 31. Session de rattrapage
a) Organisation
Au moins huit jours après le jury, commence une session de rattrapage. Le rattrapage concerne les matières du semestre où l’étudiant a pu passer l’examen final. Toutefois le jury peut étendre le rattrapage à une matière où il juge légitime l’absence de l’étudiant à l’examen.
Cependant, les institutions peuvent choisir un rattrapage unique, au moins quinze jours après le jury du deuxième semestre, concernant les matières de l’année, aux mêmes conditions que ci-dessus.

L’examen de rattrapage est gratuit.
b) Note de rattrapage
Pour chaque matière, la note de rattrapage est calculée à partir de la note de l’examen de rattrapage et de la note de travail personnel contrôlé (TPC) obtenue durant le semestre. Dans ce calcul, la note de TPC a le même poids qu’elle avait dans le calcul de la note finale de la matière.
c) Matières validées par rattrapage.
1er cas. Si durant un semestre la moyenne de réussite est atteinte, l’étudiant peut passer un examen de rattrapage dans toute matière où il n’a pas obtenu le seuil de compensation, Sont alors validées toutes les matières où la note de rattrapage est supérieure au seuil de compensation (même si la moyenne après rattrapage descend sous le seuil de réussite).
2ème cas. Si la moyenne de réussite n’est pas atteinte, l’étudiant doit passer un examen de rattrapage dans toutes les matières où il n’a pas obtenu le seuil de réussite. Deux voies s’ouvrent pour la validation :
- validation directe : sont validées toutes les matières où la note de rattrapage est supérieure au seuil de réussite.
- validation par compensation : une nouvelle moyenne de semestre est calculée, en remplaçant la note de la matière par la note de rattrapage (même si elle est inférieure) ; si la moyenne du semestre devient supérieure au seuil de réussite, la compensation peut jouer ; sont validées les matières où la note de rattrapage est supérieure au seuil de compensation.
d) Trace dans le Supplément au diplôme (cf. art. 32)
La note de rattrapage remplace la note de la matière obtenue durant l’année (même si elle est inférieure).
e) Effet sur la moyenne cumulée
Certaines institutions tiennent à calculer une moyenne cumulée, permettant d’obtenir un classement final du cursus.
Cette moyenne cumulée prend en compte la note initiale dans chaque matière, sans considération des rattrapages éventuels.

Il n’y a pas d’examens de rattrapage. L’étudiant qui a échoué à une matière, avec une moyenne inférieure à 50/100 devra s’y inscrire à nouveau lorsque cette matière est proposée. L’étudiant qui a échoué une matière, avec une moyenne égale ou supérieure à 50/100 garde son inscription à la matière ouverte et il doit, pour la valider, présenter les épreuves de cette matière obligatoirement la première fois où elle est à nouveau proposée. Au cas d’un deuxième échec (moyenne inférieure à 60 / 100), l’étudiant doit se réinscrire à la matière.

Article 32. Supplément au diplôme
Au diplôme est joint le Supplément au diplôme : la liste des matières validées dans le cursus, avec pour chacune sa description brève et la note finale obtenue par l’étudiant.

Titre Quatrième : Règlement des épreuves écrites

Article 33. Ponctualité
Les étudiants sont tenus d’être présents à l’heure prévue pour le début de l’épreuve. En cas de retard inférieur à quinze minutes, ils sont autorisés à composer. Pour un retard supérieur, mais ne dépassant pas la fin de la première heure de l’épreuve, l’accès à la salle de composition ne peut avoir lieu qu’après autorisation du responsable de l’institution. Les retardataires ne bénéficient pas d’un temps supplémentaire.

Article 34. Déroulement des épreuves
a) L’attribution des places en salle de composition est indiquée avant le début de chaque épreuve.
b) Une fois entrés en salle de composition, les étudiants ne sont pas autorisés à la quitter moins d’une heure après le début de l’épreuve.
Passée la première heure et en cas de nécessité, ils pourront le faire à condition d’être accompagnés par un surveillant. L’étudiant qui enfreint ce règlement sera noté zéro pour l’épreuve concernée et ne peut pas bénéficier d’un examen de rappel.
c) Les épreuves sont rédigées sur des copies fournies par l’institution, comportant en première page une bande détachable ou repliable sur laquelle l’étudiant inscrit son nom, la date et la nature de l’épreuve.
Les feuilles de brouillon sont également fournies par l’institution ; elles ne peuvent être prises en compte dans l’établissement de la note de l’épreuve.
d) L’étudiant veille à la bonne présentation de sa copie. Il n’utilise pas d’encre rouge, réservée au correcteur. Une écriture illisible ou la transformation de la copie en brouillon peut entraîner une pénalisation allant jusqu’à l’annulation de la copie avec attribution de la note zéro.
e) Au cas où le texte de l’épreuve appellerait une précision ou une correction, l’étudiant demande au surveillant d’avertir le responsable académique. L’épreuve continue à se dérouler normalement, le surveillant se chargeant
de contacter immédiatement le responsable.
f) Le calendrier des évaluations précise pour chaque épreuve écrite l’autorisation ou non de documents, de calculatrice. En salle de composition, l’emprunt de document, de calculatrice est interdit.
g) Les étudiants cessent de composer dès que le temps de l’épreuve est déclaré expiré. Avant de quitter la salle de composition, les étudiants sont tenus de remettre les copies des épreuves et les feuilles de brouillon.
h) Tout comportement ou action contraire au présent règlement est signalé au responsable de l’institution par une fiche d’incident remplie par le surveillant.
Toute tentative de fraude peut entraîner l’annulation de l’épreuve avec la note zéro sans recours à une session de rappel et même la saisine du Conseil de discipline de l’institution.

Le plagiat est considéré comme une fraude. Il sera sanctionné selon les mêmes modalités.

Article 35. Correction des épreuves
Dès la fin de l’épreuve, les copies et la feuille de présence sont confiées par les surveillants au secrétariat de l’institution. Les copies sont immédiatement rendues anonymes.
Les copies anonymes sont transmises au correcteur dans une enveloppe fermée portant le nom du correcteur, le code et l’intitulé de la matière, la nature et la date de l’épreuve, le nombre de copies, la date limite de remise des copies corrigées.
Au retour des copies corrigées, le secrétariat lève l’anonymat et enregistre les notes.
Le principe d’une double correction est admis, à la demande du responsable de l’institution. Ce dernier peut exiger que la correction s’effectue à l’institution.
Les copies corrigées sont généralement remises aux étudiants ; toutefois les copies d’examen final sont conservées par l’institution au moins cinq jours ouvrables après la communication des notes. Sinon, les notes sont communiquées aux étudiants par voie d’affichage ou par accès Web personnel.

Article 36. Révision des notes
Les notes des épreuves écrites peuvent donner lieu à vérification et non à discussion. Tout étudiant qui a des raisons sérieuses de croire qu’une erreur matérielle d’omission, d’addition ou de report a été commise à son égard peut, dans les cinq jours ouvrables suivant la publication des notes, solliciter une vérification par une demande écrite.

Titre Cinquième : Tenue et discipline

Article 37. Comportement général
Le respect mutuel, la bonne tenue et l’observation de la discipline sont attendus de tous les étudiants.
L’esprit de convivialité règne entre eux, aussi bien sur le campus qu’en tout autre endroit, dans le cadre des activités universitaires.
Les locaux et les équipements sont utilisés avec le plus grand soin.

Article 38. Tenue dans les salles de cours
a) Dans l’enseignement supérieur, il n’est pas de coutume qu’un enseignant ait à s’occuper de questions disciplinaires. Il appartient aux étudiants eux-mêmes d’assurer dans les salles de cours l’ordre et le silence nécessaires
à leur travail. Au cas où l’ordre ou le silence ne seraient pas respectés, un enseignant peut suspendre son cours et en référer à l’administration.
b) Les étudiants sont présents dans la salle de cours à l’heure fixée. Durant les cours, on ne peut entrer ni sortir de la salle sans autorisation de l’enseignant et toute utilisation de téléphone portable ou de caméra digitale est interdite.
c) Les manquements graves à la discipline sont soumis au Conseil de discipline.

Article 39. Bibliothèques
Les étudiants de l’Université Saint-Joseph ont accès à toutes les bibliothèques de l’Université, dans des conditions précisées dans le règlement de chaque bibliothèque.

Article 40. Notifications
a) Toute décision dûment affichée de l’administration de l’institution est censée être connue de tous les étudiants après trois jours ouvrables. Les étudiants doivent notamment s’informer par eux-mêmes du calendrier des épreuves et des résultats qu’ils ont obtenus. Le secrétariat n’est pas tenu de communiquer ces informations par téléphone ou par écrit aux étudiants absents.
b) Tout affichage à l’initiative des étudiants doit être autorisé par l’administration, sauf sur les panneaux réservés aux amicales.

Article 41. Responsabilité
Les étudiants sont normalement et pécuniairement responsables des dommages matériels qu’ils causeraient à l’institution.

Article 42. Accès aux locaux

a) L’accès aux locaux de l’institution est réservé aux seuls étudiants et enseignants. L’administration peut, sans préavis, interdire l’accès des locaux de l’institution à toute personne étrangère à celle-ci.
b) Les étudiants doivent être porteurs de la carte d’étudiant de l’année en cours. Cette carte peut être exigée pour tout acte universitaire : elle est notamment requise pour les épreuves écrites et orales et toute participation à une élection étudiante.
c) Aucune activité n’est tolérée dans les salles de cours à part celle de suivre les enseignements ou d’effectuer les travaux demandés.
d) De même, aucune conférence ou réunion comportant la présence de personnes étrangères à l’institution ne peut être tenue dans les locaux de l’institution sans l’autorisation du responsable de l’institution ou de l’administrateur du Campus. Cette autorisation n’est jamais accordée pour des réunions de partis politiques. Aucune personne étrangère à l’institution ne peut être contactée en vue d’une conférence dans les locaux de l’institution sans l’accord du responsable de l’institution.

Titre Sixième : Vie étudiante

Article 44. Les délégués d’année
Les délégués d’année ont pour rôle de :
- faciliter et organiser les relations des étudiants avec les enseignants et l’administration en vue d’une constante amélioration des programmes d’enseignement, des méthodes pédagogiques, des moyens de travail et des règlements d’examens ;
- dégager et exprimer le point de vue des étudiants en ces matières pour le confronter avec le point de vue des enseignants et de l’administration dans des réunions communes.

Article 45. Élection des délégués

a) L’élection a lieu par année d’études, dans chaque cursus. Les délégués et leurs suppléants sont élus au début de chaque année universitaire, en nombre fixé par le règlement particulier de l’institution.
b) L’élection se déroule sous le contrôle d’un bureau électoral de trois membres : un représentant de l’institution et deux étudiants (le plus âgé et le plus jeune des étudiants non candidats).
Un quorum de deux tiers des électeurs est exigé. Si le quorum n’est pas atteint, le vote est renvoyé à une date ultérieure fixée par l’administration, et aucun quorum n’est alors exigé.
L’élection a lieu au scrutin secret au moyen de bulletins de forme identique.
Chaque étudiant écrit un nom sur son bulletin de vote : un bulletin qui contient plus d’un nom est déclaré nul. Aucun qualificatif ou commentaire ne peut être ajouté aux nom et prénom, sous peine d’annulation du bulletin. Le scrutin, le cas échéant, comporte deux tours, la majorité des suffrages exprimés est nécessaire au premier tour, la majorité relative est
suffisante au second tour. Si des candidats qui arrivent en tête au second tour ont le même nombre de voix, le plus âgé d’entre eux est déclaré élu.
Le dépouillement du scrutin, par les soins du bureau électoral et en présence des électeurs, se fait immédiatement après clôture du scrutin. Le résultat de ce dépouillement est annoncé sur-le-champ, il est transmis à l’administration, à la fin de la séance de travaux, sous la signature des trois membres du bureau électoral.
c) Le mandat d’un délégué prend fin avec l’achèvement de l’année universitaire ou avec sa démission notifiée par écrit à l’administration.
d) Une lettre de démission peut être retirée durant les huit jours qui suivent sa présentation. Un délégué est considéré comme démissionnaire d’office en cas de départ définitif de l’institution, ou en cas d’absence de l’institution
dépassant six semaines consécutives au cours d’un semestre. Le suppléant du délégué démissionnaire devient aussitôt délégué.

Article 46. Amicales

a) Par institution ou par campus, les étudiants constituent une amicale ayant
un ou plusieurs des buts suivants :
- promouvoir sans exclusive le débat et la réflexion sur les problèmes de société et sur les thématiques politiques d’actualité,
- organiser et favoriser la culture des arts, la participation à des œuvres sociales, ainsi que la pratique du sport, en coordination avec le Service du sport,
- assurer la représentation des étudiants dans les instances locales, nationales ou internationales,|
- participer, selon les statuts de l’institution, aux réflexions et décisions
concernant la vie universitaire.
b) La mise en place de cette amicale se fait conformément au règlement en vigueur dans l’institution ou le campus.
c) Une Fédération des amicales représente les amicales auprès du Recteur.
d) Elles sont informées des activités des clubs et des associations.

Article 47. Clubs et associations
Dans une institution, des clubs et associations à but spécifique (sport, culture, action sociale ou religieuse) peuvent être constitués, sur base d’une déclaration signée de trois membres fondateurs approuvée par le responsable de l’institution concernée. Ils informent les amicales du campus de leur existence et de leurs activités.

Article 48. Animation spirituelle et sociale

a) L’Université s’interdit toute discrimination sur base confessionnelle et elle attache une spéciale importance à la diversification du recrutement de ses enseignants et de ses étudiants.
b) La Compagnie de Jésus veille à son animation spirituelle et sociale.
c) Sur chaque campus, une chapelle est le centre d’activités d’aumônerie soutenues par l’Université dans le cadre de la Pastorale Universitaire approuvée par l’Assemblée des Patriarches et évêques catholiques du Liban.

Cursus « Doctorat en Sciences Médicales »

REGLEMENT INTERIEUR
Le règlement intérieur du cursus « Doctorat en Sciences Médicales » est conforme au règlement des études à L’USJ. Les modifications du règlement propres au cursus « Doctorat » sont présentées ci-dessous.

Condition d’admission au « cursus Doctorat »

Pour s’inscrire au « doctorat en sciences médicales » il faut avoir obligatoirement validé la « licence en sciences médicales » et le « master en sciences médicales ».
Une inscription par anticipation au cursus « Doctorat en Sciences Médicales » est possible si l’étudiant n’a pas validé un maximum de deux certificats dans le cursus « Master » et après l’accord du jury de délibération nommé par le
doyen.

PREMIERE ANNEE DU DOCTORAT

Programme de l’enseignement

Au cours de cette année, les étudiants effectuent des stages cliniques à l’Hôtel-Dieu de France exclusivement. Au cours de ce stage, les étudiants doivent :

1- Participer aux activités du service :

- assurer l’examen et le suivi des patients
- rédiger les observations
- atteindre les objectifs du stage tels qu’ils ont été préparés et réunis dans un livret remis aux étudiants.

2- Participer aux séances d’ARC (Apprentissage au Raisonnement Clinique)
3- Assister aux conférences
4- Participer à l’enseignement du certificat de Synthèse Clinique et Thérapeutique (CSCT)

Règlement des évaluations des stages et des examens Les évaluations et les examens en première année du cursus doctorat incluent :

1- Une évaluation des stages par les chefs et médecins du service qui apprécient la validation ou non du stage. Cette appréciation compte pour 20 % de la note finale de fin d’année et se base essentiellement sur:

- la présence effective de l’étudiant dans le service
- sa participation aux activités du service
- sa réalisation des objectifs : cognitifs, aptitude, attitude

Au cas où un stage n’est pas validé, il devra être recommencé en 2ème année et l’obtention du diplôme de Docteur en Médecine sera retardée d’autant si nécessaire
Si un étudiant a deux stages non validés au cours d’une année, il devra recommencer son année

2- Les observations médicales rédigées par l’étudiant sont évaluées par les chefs et médecins du service. Ces observations sont notées et la note compte pour 20% de la note finale de fin d’année.

3- Un ECOS (Examen Clinique Objectif et Structuré) organisé au mois de juin. Cet examen compte pour 20% de la note finale de fin d’année. La note de passage est de 12/20.

4- Un examen écrit du CSCT (certificat de synthèse clinique et thérapeutique) organisé semestriellement : la note finale compte (y compris les séminaires de gériatrie et de médecine palliative), compte pour 40 % de la note de fin d’année. La note de passage est de 24/40.
À la fin de l’année universitaire, le détail et le total des notes sont soumis à un jury nommé par le Doyen.

Pour être admis en 2ème année de Doctorat, l’étudiant doit :
- Avoir obtenu sur l’ensemble ECOS, examens du CSCT (y compris les séminaires de gériatrie et de médecine palliative), évaluation des observations et évaluation des stages un total égal ou supérieure à 60/100.

- Avoir réussi l’examen du CSCT et l’ECOS.
Un étudiant qui a obtenu sur l’ensemble des évaluations un total égal ou supérieure à 60 / 100, mais qui n’a pas réussi l’examen CSCT ou l’ECOS, doit obligatoirement les valider par un examen de rattrapage.

NB : La note de la première session sera considérée pour les besoins de classement ; 2- la note de la deuxième session figurera sur le relevé des notes de l’étudiant.
Un étudiant qui a obtenu sur l’ensemble des évaluations un total inférieur à 60 / 100 passe devant un jury de délibération nommé par le doyen. Il appartient à ce jury de statuer sur la possibilité d’examens de rachat ou sur le redoublement de l’année.

Prise en charge des absences aux épreuves d’évaluation Un étudiant qui s’absente ou va s’absenter à une épreuve d’évaluation doit justifier son absence par un document présenté au directeur du cursus « doctorat » durant la période s’étalant de 24 heures ouvrables avant la date de l’évaluation à un maximum de 48 heures ouvrables après l’heure de
début de l’examen. Il revient au directeur du cursus de décider de manière irrévocable si l’absence est justifiée ou non.

NB : Un rapport médical doit obligatoirement émaner d’un médecin du Centre de Santé Communautaire de l’USJ ou d’un médecin de l’Hôtel-Dieu de France

En cas d’absence justifiée à une épreuve du cursus « Doctorat en sciences médicales », l’étudiant présente l’épreuve en deuxième et dernière session.
La note de la deuxième session est transcrite comme note de première session dans le relevé de notes de l’étudiant. Elle sera utilisée pour les besoins de classement.

En cas d’absence injustifiée, l’étudiant obtient 0.00/100 à la première session de l’épreuve et présente la deuxième session comme tous les étudiants ayant échoué certaines de leurs épreuves. La première année du « cursus doctorat » permet à l’étudiant de capitaliser 60 crédits ECTS.

Matières obligatoires

Id41 - Dcem4 premier semestre - 30 crédits
Id42 - Dcem4 deuxième semestre - 30 crédits

DEUXIEME ANNEE DU DOCTORAT


Conditions d’admission

Pour s’inscrire en deuxième année du « doctorat en sciences médicales », il faut avoir obligatoirement validé la première année du « doctorat en sciences médicales ».

Programme de l’enseignement

Au cours de cette année, les étudiants effectuent des stages cliniques à l’Hôtel-Dieu de France et dans des hôpitaux agréés par la Faculté. Au cours de ce stage, les étudiants doivent :

1- Participer aux activités du service :
- assurer l’examen et le suivi des patients
- rédiger les observations
- atteindre les objectifs du stage tels qu’ils ont été préparés et réunis dans un livret remis aux étudiants.
2- Participer aux séances d’ARC (Apprentissage au Raisonnement Clinique)
3- Assister aux conférences
4- Rédiger une thèse ou un mémoire qui compte pour 10% de la note globale.

Règlement des évaluations des stages et des examens

Les évaluations et les examens en deuxième année du cursus doctorat incluent :
1- Une évaluation des stages par les chefs et médecins du service qui apprécient la validation ou non du stage. Cette appréciation compte pour 20 % de la note finale de fin d’année et se base essentiellement sur :
- la présence effective de l’étudiant dans le service
- sa participation aux activités du service
- sa réalisation des objectifs : cognitifs, aptitude, attitude
Au cas où un stage n’est pas validé, il devra être recommencé en 2ème année et l’obtention du diplôme de Docteur en Médecine sera retardée d’autant si nécessaire Si un étudiant a deux stages non validés au cours d’une année, il devra recommencer son année

2- Les observations médicales rédigées par l’étudiant sont évaluées par les chefs et médecins du service. Ces observations sont notées et la note compte pour 20% de la note finale de fin d’année.

3- Un ECOS (Examen Clinique Objectif et Structuré) organisé chaque semestre. Ces deux examens ECOS comptent pour 20% de la note finale de fin d’année. La note de passage est de 12/20.

4- Un examen écrit final. Il compte pour 30 % de la note de fin d’année. La note de passage est de 16/30.

5- La thèse de fin d’études préparée au cours des 2 années du cursus doctorat. Elle est soumise au jury nommé par le responsable des thèses. La note de cette thèse compte pour 10% de la note de fin d’année. La note de passage est de 6/10.

À la fin de l’année universitaire, le détail et le total des notes sont soumis à un jury nommé par le Doyen.

Pour valider la 2ème année de Doctorat, l’étudiant doit :
- Avoir obtenu sur l’ensemble ECOS, examens écrit final, évaluation des observations, évaluation des stages et mémoire un total égal ou supérieure à 60 / 100.
- Avoir réussi l’ECOS, l’examen écrit final et la thèse.
Un étudiant qui a obtenu sur l’ensemble des évaluations un total égal ou supérieure à 60 / 100, mais qui n’a pas réussi l’examen écrit final ou l’ECOS, doit obligatoirement les valider par un examen de rattrapage. Un étudiant quin’a pas réussi sa thèse doit la compléter et la représenter au jury.

NB : La note de la première session sera considérée pour les besoins de classement; 2- la note de la deuxième session figurera sur le relevé des notes de l’étudiant.
Un étudiant qui a obtenu sur l’ensemble des évaluations un total inférieur à 60 / 100 passe devant un jury de délibération nommé par le doyen. Il appartient à ce jury de statuer sur la possibilité d’examens de rachat ou sur le redoublement de l’année.

Prise en charge des absences à une épreuve d’évaluation
La procédure de la prise en charge des absences à une épreuve d’évaluation est identique à la procédure suivie en première année du « cursus doctorat ». La deuxième année du « cursus doctorat » permet à l›étudiant de capitaliser
60 crédits ECTS.

Matières obligatoires

Id43 - 7ème année - premier semestre - 30 crédits
Id44 - 7ème année - deuxième semestre - 30 crédits

ÉTUDES POST-DOCTORALES

Conditions d’admission
a) Sont admis les étudiants de 7e année de la Faculté de médecine de l’Université Saint-Joseph :
Ils devront nécessairement être titulaires du diplôme de Docteur en Médecine à la date de leur entrée en fonction. Dans le cas contraire, ils seront refusés d’office et leur poste deviendra vacant.
b) Sont admis aussi les titulaires de diplôme de Docteur en Médecine de la Faculté de médecine de l’Université Saint-Joseph ou d’un diplôme de Médecine reconnu par l’état libanais de moins de cinq ans, sauf dérogation.

Liste des spécialités enseignées

- Anatomie pathologique
- Anesthésie - Réanimation
- Biologie médicale
- Cardiologie
- Chirurgie générale
- Chirurgie orthopédique
- Chirurgie pédiatrique
- Chirurgie plastique & maxillo-faciale
- Chirurgie thoracique & cardio vasculaire
- Chirurgie vasculaire
- Dermatologie
- Endocrinologie
- Gastro-entérologie
- Gynécologie obstétrique
- Maladies infectieuses
- Médecine de famille
- Médecine interne
- Néphrologie
- Neurochirurgie
- Neurologie
- Oncologie médicale
- Ophtalmologie
- Oto-Rhino-Laryngologie
- Pédiatrie
- Pneumologie
- Psychiatrie
- Radiologie
- Rhumatologie
- Urologie
 

Durée des études
La durée de spécialisation est variable d’une spécialité à l’autre. Le minimum exigé pour les spécialités médicales est de trois ans et pour les spécialités chirurgicales il est de quatre ans.

Terrain de stage

La majeure partie de la formation clinique des résidents se fait à l’Hôtel-Dieu de France, hôpital universitaire de la Faculté, et dans des hôpitaux libanais affiliés. Les résidents sont appelés à parfaire leur spécialisation ou à passer la dernière année du résidanat dans des services hospitaliers étrangers, conventionnés avec la Faculté de médecine.

 

 


Amicale des Etudiants
Association des Anciens
Bibliothèques
Moodle
© 2015 Tous droits réservés pour textes et photos, Université Saint-Joseph, Service des publications et de la communication